Il existait sous ce nom dès 1460. Baudiau indique que « Le Moulin-Guijon...a donné son nom à une ancienne famille qui le possédait en fief en 1460 ».

Le Fief Guijon, en "franc-alleu" (affranchi de toute servitude) est le berceau de la noble famille des Guijon. Il appartenait à Jacques de Guijon, seigneur de St Léger. Les enfants de Jean de Guijon le vendirent en 1675 à Mathurin Pelletier de Chambure. Vivant Moreau fit aveu en 1786.

 Les héritiers Guijon cèdent le moulin à M. Personne, écuyer, receveur du grenier à sel de Saulieu.

 

        Au cours du XVIII siècle, le moulin Guijon est loué à la famille Rignault (dont l'orthographe varie au cours du siècle) En 1666, Emiland Rignault signe un bail de trente ans pour le moulin Guijon. On le retrouve donc meunier en 1666, 1682, 1686 puis en 1693. Il est dit meunier lors du mariage de son fils Dimanche avec Léonarde Noël à Saint-Brisson le 21 novembre 1684 (Acte d’état civil de Sant-Brisson). Il décède le 5 octobre 1700 à Champeau-en-Morvan.

 

        Dimanche poursuit la meunerie. Lors de son deuxième mariage avec Léonarde Boisseau le 21 juillet 1695, Dimanche Rignault est "munier au melin guigon" (Acte d’état civil d’Alligny-en-Morvan) puis en 1696 et 1724. Quatre de ses enfants Jacques, Dominique, Alexandre et Jean seront meuniers à Guijon ou Chamboux 

 

       Jacques Rignault est meunier au moulin de Chambout en 1716, meunier au moulin Guijon en 1720, 1724, 1732, meunier au deux moulins en 1744 puis marchand en 1746 puis de nouveau au moulin Guijon en 1745 où il paye 44 livres au titre de la taille et en 1752.

Jean Rigneaut fils de Jacques se marie à Agathe Bonnard et sera meunier à Guijon. 

       Le vendredi 27 avril 1753 Ent. Marie fille de Jean Rigneau munier au moulin guijon et Agathe Bonnard les père et mère décédée la nuit d’avant à l'âge de huit  jours a été inhumée dans l'église d'Alligny par moi Curé SSigné

      Le vendredi 9 mars 1759 Ent de défunt Jacques fils de Jean Rigneau munier au moulin guijon et Agathe Bonnard décédé Le jour d'hier à l'âge de huit jours a été inhumée dans l'église d'Alligny par moi Curé SSigné. Acte d’état civil d’Alligny en Morvan.

 

      Lors du mariage de sa fille Marguerite le 7 juin 1774, Jean Rigneault époux de Bonnard Agathe est meunier au moulin Guijon.

 

Le fils de Dimanche Rignault, Dominique est dit meunier lors de son décès en 8 mai 1776 en la paroisse de Saint-Léger de Fourche. 

       1781, Pierre Chourreau, meunier au moulin Guijon est nommé expert pour évaluer des dégâts de bestiaux.



        En 1836, Joseph Saquet - 42 ans - est meunier au moulin Guijon. A son décès, sa veuve Pommereau Catherine  poursuit l’activité et sera dite meunière en 1841 puis en 1846.

«Le moulin Guijon n'étant que deux ménages et étant peu éloigné de Saint Léger est porté avec eux » en 1846. En 1851, le hameau compte deux maisons et 11 habitants. Pommereau Catherine est toujours dite « meunière propriétaire ».

En 1856, Pommereau Catherine - 48 ans -  est devenue « chef meunière» : Son fils Saquet Jean a 25 ans, ( née 1831) sa fille Saquet Marie ( 23 ans, née 1833 ) et une domestique de 15 ans.

 

En 1861, Jean Saquet « propriétaire, cultivateur, meunier» et sa femme Lepage Jeanne vivent au hameau ainsi qu’une autre famille. Et en 1866, Jean Saquet semble avoir abandonné le moulin pour devenir agriculteur.

 

« Dans l’ombre du Morvan », l’Abbé Charrault cite le hameau en ruine en 1933.